Les Temples Solaires : partie 1 – Le Temple Solaire du Roi Ouserkaf

Le Temple Solaire durant l’Ancien Empire est un monument qui nous laisse un peu perplexe.

Contemporain des complexes des pyramides, ce monument semble sortir de nulle part et n’avoir aucun lien évident avec les complexes funéraires existants.

Et peut être ce qui nous surprend le plus c’est la brieveté (quelques décennies) de l’utilisation de ces monuments.

Un certain nombre d’Egyptologues se sont penchés sur la nature et le rôle de ces monuments – de nombreuses études ont été menées et beaucoup de choses restent à découvrir.

Nous allons essayer d’y voir plus clair sur la nature et l’architecture (un peu particulière) des Temples Solaires.

Le complexe pyramidal nous le savons est l’élément central du culte funéraire royal. Les découvertes récentes confirment que les Temples Solaires ont aussi joué un rôle important dans le culte funéraire royal.

Pourquoi à un moment donné, les autorités royales ont – elles jugé que ces monuments n’étaient plus utiles à la « mécanique » funéraire royale ?

Nous allons essayer de trouver quelques éléments de réponse au travers de plusieurs articles.

Ce premier article va s’attarder sur le Temple Solaire du roi Ouserkaf. Ce roi est le premier souverain de la cinquième dynastie.

Ce Temple Solaire fut construit à Abousir.

Bien que certains rois de la cinquième dynastie ont eu leur propre Temple Solaire, ils ont contribué pour la plupart à restaurer et à « améliorer » les Temples Solaires de certains de leurs prédécesseurs.

Le Temple Solaire d’Ouserkaf a ainsi fait l’objet d’un « suivi » architectural dirigé par certains de ses successeurs.

Les architectes se sont probablement inspirés des ensembles monumentaux existants (principalement de la quatrième dynastie) tout en y ajoutant des particularités propres à la nature des Temples Solaires.

La translittération du nom du Temple Solaire est Nḫn-Rˁ.

Les possibles traductions : « Le Nekhen de Rê /  L’Entrepôt de Rê » – la signification du nom du temple fait toujours débat et reste difficile à établir.

Le terme « Nekhen » sera dans tous les cas largement utilisé dans le nom de domaines contemporains des Temples Solaires.

Le Temple Solaire d’Ouserkaf est composé d’un temple haut, d’une chaussée et d’un temple bas.

Le temple haut est intéressant : une large enceinte carrée contenant une cour à ciel ouvert avec à son centre un ensemble architectural.

Son orientation plutôt Ouest – Est.

Cet ensemble va subir plusieurs transformations : à l’origine un monticule en forme de mastaba transformé à un piédestal surmonté d’un obélisque.

Il faut aussi ajouté : deux sanctuaires à statue sur le côté Est du piédestal ainsi qu’un autel avec plusieurs bancs.

Que savons – nous des statues placées dans les sanctuaires ?

En fait pas grand chose, probablement des statues de Rê et d’Hathor d’après le culte rendu dans le temple haut. Des statues du roi étaient probablement présentes (selon certains fragments retrouvés).

L’ensemble des transformations va permettre une montée en « puissance » de l’activité cultuelle du temple.

Des annexes seront ajoutés au temple (côté sud).

Le piédestal avec l’obélisque a probablement un lien avec une forme ancienne du hiéroglyphe du nom du temple.

Cet hiéroglyphe représente un mât dressé sur un monticule : représentation du dieu Rê sous sa forme de faucon ?

Nous savons que des offrandes étaient préparées pour des rituels journaliers – peut être qu’un certain nombre de chambres ou de magasins étaient mis à disposition pour la gestion de ces offrandes (annexes côté sud ?).

Si nous parlons d’offrandes, nous parlons aussi d’une activité économique lié au temple avec un personnel (relativement important) impliqué dans cette économie cultuelle.

Les prêtres font partie du personnel chargé du culte.

Deux types de prêtres sont chargés du culte dans ce temple haut : les prêtres wˁb et les prêtres ḥm-nṯr.

Ces prêtres (organisés probablement en « équipe » – les fameuses phyles) servaient peut être aussi dans d’autres complexes funéraires (tels que les complexes pyramidaux) ? difficile d’être affirmatif.

Les titres nous renseignent sans ambiguité sur la nature du culte rendu : le culte du dieu Rê (forme particulière du dieu soleil) associé à la déesse Hathor (oeil de Rê – sa fille et parfois sa mère / femme).

Le culte de Rê n’est pas apparu avec la cinquième dynastie – de récentes études penchent pour une apparition durant les premières dynasties. Au fil du temps ce culte a pris de l’ampleur.

Le culte de Rê est intimement lié au culte funéraire royal au sein du Temple Solaire.

Après étude des titres retrouvés, ll est possible que dans le Temple Solaire d’Ouserkaf ait été rendu un culte à Sahourê (autre roi de la cinquième dynastie).

Le temple bas est orienté différemment du temple haut (Nord / Est –  Sud / Ouest). Il y a donc probablement une raison à cette orientation. Plusieurs théories ont été avancées (ex : observation des étoiles, fête Sed – culte royal) sans preuves archéologiques vraiment tangibles.

Peut être que la raison est beaucoup plus simple : être proche du Nil en tenant compte du relief et s’assurer que la chaussée soit construite avec une pente raisonnable.

Le temple bas est composé de différentes sections (cour avec colonnade, niches, hall d’entrée (avec magasins ?)).

Ce temple bas semble avoir jouer un rôle plus important que les temples bas des complexes pyramidaux.

Comme nous le verrons dans d’autres temples solaires, le rôle attribué à ce temple bas va évoluer.

La présence de niches (ou chapelles) laissent présager un culte (nature du culte ?).

Si nous regardons dans son ensemble ce Temple Solaire, nous nous apercevons qu’il y a une volonté d’intégrer le culte funéraire royal avec le culte solaire.

De plus nous sommes dans une phase « expérimentale » / « initiale » avec ce premier Temple Solaire tant au niveau architectural que cultuel.

Le Temple Solaire d’Ouserkaf amorce une tendance.

 

Références Bibliographiques :

Massimiliano Nuzzolo « Sun Temples and Kingship in the Ancien Egyptian Kingdom »

Miroslav Verner « Sons of the Sun : Rise and Decline of the Fifth Dynasty «

LEAVE A COMMENT

Ancien Empire Egyptien (projet A2E) by Fabrice MAUPIN