Mastaba G2155

Mastaba G2155 est aussi connu sous le numéro VIIInn ou G4870.

En considérant le plan de ce mastaba, nous sommes un peu interrogatifs. Nous avons deux autres mastabas (d’une taille plus modeste) qui sont accolés à G2155.

Un mastaba (G2156a) dans le prolongement de G2155 (Nord) et un autre mastaba (G2156) dans la partie la plus au Sud du côté Est de G2155. Nous reviendrons plus loin dans cet article sur les propriétaires de ces deux mastabas.

Le nom du propriétaire de G2155 est Kaninisout I (translittération : Ka-nj-nswt).

Nous savons peu de choses sur lui – certains de ses titres sont généralement rattachés à des princes mais il n’est pas de sang royal. Ce qui est sûr c’est qu’il est un officiel important à la Résidence.

Il est rattaché à la personne et au service du Roi.

Notons cependant quelques titres intéressants (parmi ces 22 titres) :

  • sȝ nswt -> fils royal
    Comment peut – il être fils royal sans être de sang royal ?

    Nous savons que ce titre au fil du temps a évolué : d’une filiation royale réelle nous sommes passés à une « filiation » honorifique ou une « filiation » acquise par mariage

  •  sm -> prêtre Sem
  • ẖry-ḥb -> prêtre Lecteur

  • smȝ ḥr -> stoliste de Horus -> Titre intéressant car lié à l’instruction religieuse

  • smr -> compagnon [royal] – Ce titre vient appuyer le fait que Kaninisout I soit au service de sa majesté

Que savons – nous de sa famille ?

D’abord sa femme : Nefre(t)hanisout (translittération : Nfr(t)-ḥȝ-nswt). Elle est rẖt nswt -> « connue » du Roi.

Il a (au moins) deux fils : Horner (translittération : ḥr-wr) qui est un « connu » du Roi (rẖ nswt) et Kaninisout II (translittération : kȝ-n-nswt nḏs). Kaninisout II est le propriétaire du mastaba G2156 – il est admis qu’il soit le fils de Kaninisout I. A noter que dans son mastaba il n’y a aucune allusion à son père ! Le fils de Kaninisout II est Kaninisout III, heureux propriétaire du mastaba G2156a (accolé à celui de son (probable) grand – père).

Nous décelons que la famille de Kaninisout I va perdre de son influence au fil des générations (mastabas G2156 et G2156a de taille modeste et de structure inhabituelle – un petit peu comme s’ils souhaitaient bénéficier de l’ »aura » paternel, « aura » peut être perdu).

Kaninisout I a aussi (au moins) une fille : Wadjethetep (translittération : Wȝḏt-ḥtp)

Le Maître du Tombeau a souhaité être entouré d’autres personnes (plusieurs dizaines !). Nous retrouvons « l’entourage » nécessaire : bouchers, prêtres, scribes, cuisiniers, boulangers et autres fonctions domestiques. N’oublions pas que le propriétaire du mastaba a été un personnage important « économiquement » parlant, capable d’administrer de vastes domaines et de gérer de nombreuses personnes. Probablement a t-il fait partie de cette oligarchie très présente durant l’Ancien Empire.

Quelques informations purement architecturales.

Au départ nous avons pour ce mastaba un « core » de type 2a (dimensions 23,5 * 10,5 m = 246,7 m2) qui a été transformé pour recevoir une chapelle intérieure (type 4a). Ce type de transformation est assez typique des nécropoles de Giza de cette période. Les dimensions « finales » du mastaba sont de 32,2m * 12,4m = 399,28 m2.

Cette transformation est intéressante.

Le mastaba dans sa première phase était de taille assez similaire à la plupart des tombeaux de la nécropole G2100.

Certains égyptologues pensent que les mastabas de cette nécropole (plus précisément tous les mastabas des nécropoles Ouest et Est de Giza) auraient été « pré – fabriqués » sur l’ordre du pharaon en exercice. Une fois achevés, les mastabas auraient été « affectés » par le Roi à des dignitaires de haut rang selon son bon vouloir. L’heureux occupant du mastaba avait en charge d’en assurer l’aménagement et l’ornementation.

Le Roi peut aussi « reprendre » ce qu’il a donné – il peut donner le mastaba à une personne plus méritante.

Au vue de la transformation de G2155 nous sommes tentés d’adhérer à cette hypothèse.

Une fois transformé, G2155 fait partie des grands mastabas de la nécropole G2100 (plus précisément il fait partie des cinq mastabas les plus importants de la nécropole G2100). La qualité de « finition » du mastaba est d’assez bonne facture – la « finition » d’un mastaba va principalement dépendre des moyens (« financiers ») mis en oeuvre par le « Maître du Tombeau ».

Revenons un peu sur la chapelle.

La chapelle intérieure (dimensions : 3,7m * 1,5m = 5,55 m2) est couplée avec une structure en brique crue extérieure composée d’une cour ouverte et d’une pièce. L’intérieure de la chapelle se compose d’une pièce (en calcaire blanc) « équipée » de deux niches (de type « fausse – porte » qui se trouvent aux deux extrémités du mur Ouest). La niche la plus au Sud du mur Ouest est « liée » à un Serdab (dimensions : 0,6m * 0,8m = 0,48 m2), « outil » funéraire indispensable. L’accès à la chapelle se fait par une porte d’entrée située sur le mur Est du mastaba.

Une autre niche (de type stèle monolitique) est située sur la partie la plus au Nord du mur Est du mastaba.

Et bien sûr ne pas oublier le puit (A) – Dimensions : 2,12m * 2,12 m – profondeur de 12m.

Il contient une chambre funéraire (de type 4a – dimensions : 4m * 4,3m = 17,2 m2 avec une hauteur de 2,2m). Un emplacement pour les vases canopes a été prévu. L’accès à cette chambre se fait par un passage (1,1m * 1,1m pour une hauteur de 2,2m). Malheureusement elle fut complètement pillée. A noter que le mur Ouest de cette chambre fut rénové avec des matériaux de piètre qualité – rénovation rapide suite au pillage ?

Quelques objets trouvés : quelques fragments de calcaire d’une stèle Slab avec inscriptions (fragments appartenant à G2155 ?), deux sceaux (dont l’un contient le nom d’Horus de Niousserê – Roi de la cinquième dynastie)

Ce mastaba reste difficile à dater.

L’analyse des données (architecturales, familiales, objets trouvés) donnent des résultats contradictoires. Les données iconographiques pour ce mastaba offrent des résultats plus probants. La période qui resort de cette analyse se situe entre le règne de Khoufou et le règne de Rêdjedef (quatrième dynastie).

Parlons un peu de la décoration du mastaba.

Elle est présente dans la chapelle sur ces quatre côtés (y compris les fausses portes) – elle est considérée comme étant la décoration avec la plus haute qualité de finition (et la mieux conservée) de la nécropole G2100. Le corpus iconographique utilisé est l’un des plus complet.

L’ornementation, même si elle s’appuie sur un « référentiel » officiel et bien rôdé, dépend à la fois de l’artiste et de sa capacité artistique à magnifier ce « référentiel » et des souhaits artistiques et religieux du Maître du Tombeau.

Kaninisout I apparemment était prêt à payer son éternité au prix fort !

 

Références Bibliographiques :

Mastabas de l’Egypte Ancienne – Le Maître du tombeau – Philippe Flandrin, Patrick Chapuis, Aude Gros de Beler

M. BAUD « Famille royale et pouvoir sous l’ancien empire »

Peter Der Manuelian « Mastaba of Nucleus Cemetery 2100 part 1 »

LEAVE A COMMENT

Ancien Empire Egyptien (projet A2E) by Fabrice MAUPIN