Mastaba G2150

Ce mastaba fait partie des mastabas de type « Nucleus » autrement dit des premiers mastabas de cette nécropole.

Son type : 2a (« core » ancien avec un mur de soutènement en calcaire terne)

Ses dimensions (tout à fait honorables – dans la moyenne des autres mastabas de la nécropole) : 23,2 m * 10,4 m = 241,28 m2 pour une hauteur de 4 m.

Le nom du propriétaire est Kanefer (translittération : kȝ(.j)-nfr).

Nous avons quelques informations sur sa famille :

  • Shepsetkau, sa femme (translittération : špstkȝw) qui était prêtresse des déesses Hathor et Neith.
  • Kasewedja, son fils (translittération : kȝ-swḏȝ) qui avait les fonctions de scribe des documents royaux et de directeur de missions (jmj-r wpwt).

La fonction de « directeur de missions » consiste à exécuter les décisions issues de la Résidence. Ce titre est très souvent associé aux nomarques (administrateur / gouverneur provincial).

Kasewedja est donc un nomarque (de Basse Egypte – le nome n’est pas spécifié dans les titres).

  • Meretites, sa fille (translittération : Mrtỉṯ=s) avec le titre « Femme Ornement du Roi » (ou bénéficiaire de « l’ornement royal »).

Ce titre est intéressant mais difficile à interprêter : il pourrait représenter la fonction de chanteuse et danseuse pour le culte royal et divin.

Un privilège donnait par le Roi (pouvant se concrétiser visuellement par un certain nombre « d’ornements » précieux ou cadeaux royaux).

Il ne faut pas voir au travers de ce titre un quelconque lien du sang avec le Roi ou un concubinage fictif.

  • Un dernier nom apparaît en lacune mais a pu être retranscrit par la publication d’un petit bloc du musée de Birmingham qui donne la translittération suivante :  Wn-ˁnḫ.s.

Cette personne (Wenankh) porte le titre de « Connu du Roi » et de « compagnon ». Même si le titre est un titre masculin, il peut arriver qu’un titre masculin soit utilisé pour une femme.

Homme ou Femme telle est la question ?


 

Les titres de Kanefer sont nombreux.

Un de ces titres est « Fils Royal » (sȝ nswt).

Il porte également des titres liés à la gestion des domaines agricoles, à l’administration royale et à l’exécution des décisions émanant de la Résidence en tant que nomarque (Basse Egypte nome non spécifié – ce titre est repris d’ailleurs par son fils).

Probablement le titre le plus important de sa carrière.

Un autre titre intéressant est celui de « prêtre de Sobek de Crocodilopolis » (ḥm-nṯr Sbk šdt).

Pas moins de seize personnes sont citées dans la tombe (nous retrouvons en plus de l’entourage du défunt des prêtres et des « connus du roi »).

Une chose est sure : Kanefer en tant que haut fonctionnaire côtoyait l’administration royale et ses dépendances.


 

Quelle est la datation retenue pour ce mastaba ?

Le « core » du mastaba date du règne de Khoufou.

A noter que les éléments additionnels ont été construits bien après le « core » du mastaba (une période de plusieurs dizaines d’années pourrait séparer les deux étapes de construction).

Ils dateraient entre le milieu de la quatrième dynastie et le début de la cinquième dynastie.

La question qui se pose est : Kanefer est-il réellement le « vrai » propriétaire du mastaba ?

Kanefer est probablement un petit – fils de Khoufou – il a pu vivre jusqu’à la fin de la quatrième dynastie (voire un peu plus) et prendre ainsi possession du mastaba.


 

Le mastaba contient une chapelle « intérieure » (type 4a) avec deux niches en calcaire blanc (« creusées » dans le « core » du mastaba) – dimensions 3,15 m * 1,05 m = 3,3 m2 pour une hauteur de 2,6 m.

Les deux niches sont disposées au Sud et au Nord de la chapelle.

La niche située au Sud se compose d’une fausse porte.

La niche située au Nord se compose aussi d’une fausse porte ainsi que d’un Serdab (détruit – placé derrière la fausse porte).

La fausse porte et le Serdab étaient probablement reliés au vue des débris trouvés in situ (nous retrouvons ce type de configuration architecturale / funéraire dans certains mastabas de l’Ancien Empire).

Une chapelle extérieure en briques crues (mur Est du mastaba) s’ajoute à la chapelle intérieure. Elle se compose de plusieurs pièces (du Sud vers le Nord : magasin, entrée vers chapelle intérieure, long corridor) – surface totale de toutes les pièces : 58,3 m2.

Nous avons trouvé des blocs de pierre décorés qui appartiennent à l’entrée menant à la chapelle intérieure. Des fragments de relief qui décoraient les murs de la chapelle (et les fausses portes) ont été aussi retrouvés.

Le mastaba dispose d’une Niche (au Nord du mur Est du mastaba) qui étend le dispositif architectural.

Comme beaucoup de niches de ce type elle adopte une architecture type « fausse porte » avec à sa base un petit bassin (pour les offrandes) creusé dans la pierre.

Le mastaba dispose de deux puits (A et B) fait rare pour cette nécropole.

Chronologiquement, le puit A fut construit dans le « core » du mastaba – le puit B fut ensuite ajouté.


 

Le puit A est positionné dans un axe Nord (proche de la niche extérieure – profondeur : 8,5 m).

Il dispose d’une chambre funéraire (type 4b – dimensions = 4 m * 3,5 m = 14 m2 pour une hauteur de 1,65 m) accessible via un passage.

Comme la plupart des chambres funéraires de cette époque, elle est équipée d’un système de blocage (type 2b).

Elle contient un sarcophage (en granit rouge recouvert de plâtre).

Fait intéressant : elle contient un fragment d’une base de statue en albâtre – intéressant car très rare dans la nécropole.

Il est vrai que les statues sont intimement liées aux chapelles et aux Serdabs : éléments architecturaux / funéraires qui n’équipent pas tous les mastabas de la nécropole.

Nous retrouvons aussi : des fragments de jarres / bocaux / d’un bassin, des ciseaux / rasoir en cuivre, des disques de cornaline / faiences, des petites feuilles d’or.

A noter des fragments en bois sculpté : provenant du sarcophage ou un autre élément en bois ?

La plupart de ces éléments ont été probablement utilisés lors de l’enterrement mais certains de ces éléments laissent penser qu’il ont été utilisés pour un mobilier funéraire plus important – mobilier aujourd’hui disparu.


 

Le puit B (non achevé) est situé dans le même axe que le Serdab / fausse porte de la niche Nord de la chapelle intérieure (profondeur : 8,4 m).

Il dispose d’une chambre funéraire (profondeur : 2,8 m – type 6a – dimensions = 1,15 m * 2,25 m = 2,58 m2 pour une hauteur de 0,95 m).

Le puit s’enfonce de plusieurs mètres sous la chambre funéraire : projet non abouti d’une deuxième chambre ? changement de cap ?

Ce qui est intéressant avec les mastabas de cette période ce sont les traces, les essais architecturaux successifs que nous ont laissé les architectes.

Les objets retrouvés dans ce puit sont des objets amenés tardivement (fragments de statuettes en albâtre) de provenance inconnue.


 

Il n’y a pas de lien funéraire qui puisse être établi entre les deux fausse portes et les deux puits.

La facade du mastaba est décorée (fait assez rare dans la nécropole G2100 : ce mastaba fait partie des deux mastabas qui ont conservé une décoration sur la facade).


 

Bibliographie :

M. BAUD « Famille royale et pouvoir sous l’ancien empire »

Peter Der Manuelian « Mastaba of Nucleus Cemetery 2100 part 1 »

E. Martinet  « Le Nomarque sous l’Ancien Empire »

 

LEAVE A COMMENT

Ancien Empire Egyptien (projet A2E) by Fabrice MAUPIN